HAENDEL (GEORG FIEDRICH)

Information

HAENDEL (GEORG FIEDRICH)
  • Georg Friedrich Haendel (1685-1759) compositeur d’origine allemande, virtuose du clavecin et de l'orgue, est né à Halle (Allemagne). Naturalisé britannique en 1726, il prend le nom de Georges Frideric Händel et meurt à Londres, paralysé et aveugle, à l’âge de 76 ans.
  •  Son père, luthérien, médecin-barbier (chirurgien) à la cour des d...
  • Georg Friedrich Haendel (1685-1759) compositeur d’origine allemande, virtuose du clavecin et de l'orgue, est né à Halle (Allemagne). Naturalisé britannique en 1726, il prend le nom de Georges Frideric Händel et meurt à Londres, paralysé et aveugle, à l’âge de 76 ans.
  •  Son père, luthérien, médecin-barbier (chirurgien) à la cour des ducs de Saxe, le destine à une carrière de magistrat. Sa mère, fille de pasteur, l’encourage en cachette dans sa vocation de musicien. Un prince mélomane ayant entendu l’enfant jouer de l’orgue à la chapelle du palais, serait intervenu pour convaincre le père. L’enfant est autorisé à suivre l’enseignement de Zachow, organiste de l’église Notre-Dame de Halle, qui [lui fait découvrir le contrepoint et la musique italienne.
  •  Devenu organiste à la cathédrale calviniste de Halle, Haendel s’exerce également à la composition. Ses premières œuvres jouées à Hambourg au Gänsemarkt, premier et unique opéra public d’Allemagne (1705) lui ouvrent les portes des principales cours et capitales d’Europe.
  • Ayant choisi l'opéra, Haendel décide de partir pour l'Italie, patrie du bel canto, et répond à l’invitation de Gian Gastonede’ Medici, grand-duc de Toscane. Le voyage dure trois ans : Florence, Rome, Naples et se termine à Venise en 1709 avec le succès d'Agrippina, son premier opéra « italien ».
  • Haendel quitte Venise pour Hanovre où le Prince Electeur lui propose le poste de maître de chapelle (1710-1712). Au cours d’un séjour à Londres, il triomphe au Queen’s theâtre avec "Rinaldo", premier opéra italien créé en Angleterre (1711).

 

  • Comme il l’avait fait pour l’Italie et pour l’Allemagne, Haendel se nourrit de la musique d’Angleterre (Purcell disparu en 1695). Rentré à Hanovre, il décide de retourner à Londres pour s’y s’installer (1714). Accueilli par le mécène Richard Boyle comte de Burlington, il compose dans sa nouvelle patrie des opéras et des œuvres comme "l’Ode pour l’anniversaire de la reine Anne" et le "Te Deum Jubilate" en anglais pour célébrer la paix d’Utrecht de 1713.

  • Après 1710, Handel emprunte à la tradition musicale anglaise. Il compose onze "Chandos Anthems" pour l’Eglise langlicane ors d’un séjour au château de Cannons chez le duc de Chandos (1717-1718).

  • Maître de l’Opéra de Londres, directeur de la Royal Academy of Music (1720), le compositeur triomphe de ses rivaux, impose ses œuvres et ses interprètes. Pendant les dernières années de sa vie, Handel qui se consacre à l’oratorio et à la musique instrumentale, compose beaucoup et improvise de nombreux concertos pour orgue. Sa santé décline, il souffre d’attaques de paralysie. Opéré de la cataracte, il perd la vue, comme J.S. Bach.

  • Händel meurt à Londres le 14 avril 1759. Il repose à l'Abbaye de Westminster.

  • La musique de Handel emprunte à différents styles :

- le contrepoint, l’oratorio et les Passions allemandes,

- la musique religieuse anglaise

- la mélodie et la légèreté, le bel canto des Italiens,

- la majesté et l’amplitude des marches « à la française »

  • Dans son œuvre, Handel utilise pas moins de six langues. Il a produit plus de 600 œuvres, dans tous les genres de l’époque :

  • - 42 opéras : seria pour la plupart, de style "italien", alternant le récitatif et l’aria
  • - 32 oratorios
  • - nombreuses cantates et pièces religieuses
  • - sonates et concertos
  • - pièces pour clavecin

Ses œuvres aujourd’hui les plus connues sont Le Messie, oratorio qu’il compose en seulement vingt-quatre jours, chef d’œuvre du genre. les suites pour orchestre ‘Water Music ‘(Musique sur l’eau) jouées lors du voyage du roi George sur la Tamise (1717) et Music for the Royal Fireworks (Musique pour les feux d’artifice royaux). Elles sont deux compositions représentatives d’un genre de musique solennelle conçue pour leur exécution en plein air, dont les précurseurs furent les Français Jean-Baptiste Lully et Michel-Richard Delalande.

  • © Didier Chagnas

Détails

HAENDEL (GEORG FIEDRICH)  Il y a 1 produit.

Résultats 1 - 1 sur 1.
Résultats 1 - 1 sur 1.