LE FLEM (PAUL)

Information

LE FLEM (PAUL)
  • Paul Le Flem, 1881-1984, professeur, chef de chœur, critique musical, compositeur. Né dans une famille très attachée à la Bretagne, mort à Tréguier dans les Côtes d'Armor à l'âge de 103 ans. Ses œuvres s'inspirent de la musique du XVe et XVIe siècles, évoquent les paysages, les légendes et les chants du folklore bretons et révèlent l’influen...
  • Paul Le Flem, 1881-1984, professeur, chef de chœur, critique musical, compositeur. Né dans une famille très attachée à la Bretagne, mort à Tréguier dans les Côtes d'Armor à l'âge de 103 ans. Ses œuvres s'inspirent de la musique du XVe et XVIe siècles, évoquent les paysages, les légendes et les chants du folklore bretons et révèlent l’influence de Claude Debussy, entre modalité et atonalité.
  • Licencié de philosophie, l'ancien élève de Bergson à la Sorbonne (1901) compose des mélodies sur des poèmes de Verlaine (Ariette oubliée, Mandoline, Soleil couchants, 1904) et, plus tard dans sa vie, Max Jacob (Morven le Gaëlique, six poèmes,1963) et Benjamin Perret (Courir sur un mIroir, 1955).
  • Après avoir travaillé à la Schola Cantorum avec Vincent d’Indy et Albert Roussel (1904), Le Flem y enseigne le contrepoint de 1923 à 1934. Érik Satie, André Jolivet, Marcel Mihalovic, Roland-Manuel sont parmi ses élèves.
  • Sa carrière de critique musical au Temps présent puis  au quotidien Comœoedia lui permet de tisser de multiples liens avec les musiciens de son temps. Dès 1913, il défend la modernité d'Igor Stravinsky, Serge Lifar et Darius Milhaud (Le Sacre du Printemps, 1913.
  • L'œuvre lyrique de Le Flem emprunte grandement aux contes et légendes de Bretagne. Elle  comporte « Aucassin et Nicolette »,1909, d'après une chante-fable anonyme du 12e -13 e siècle, Le rossignol de Saint-Malo,1938, La magicienne de la mer, 1954, La Maudite, (1966-1968) d'après la légende bretonne de la ville d'Ys et de Dahut, magicienne et princesse qui l'ont envoûté toute sa vie.
  • On retrouve l'amour de la liberté et du grand large, la proximité des grèves et des landes, le chant des genêts et la mort  dans les œuvres pour orchestre comme Les Voix du Large (1911) et Pour les Morts (1913) inspiré d'un cantique breton. Il a également harmonisé de nombreuses chansons populaires, pour la plupart restées inédites et publiées pour la première fois aux Editions Musiques en Flandres.
  • Paul Le Flem demeure un compositeur à la grande sensibilité mélodique et harmonique ancré au plus profond de l'émotion et de l'âme celtes.
  • © Didier Chagnas
Détails

LE FLEM (PAUL)  Il y a 4 produits.

Résultats 1 - 4 sur 4.
Résultats 1 - 4 sur 4.