CHAUSSON (ERNEST)
  • Ernest Chausson naît le 20 janvier 1855 Impasse Chausson dans le 10e arrondissement de Paris. II appartient à une famille bourgeoise fortunée, propriétaire des terrains de la rue qui porte aujourd’hui le nom de son grand-père, Pierre Chausson.
  •  Après des études de droit, Chausson s’inscrit en 1879 au Conservatoire de musique de Paris dans...
  • Ernest Chausson naît le 20 janvier 1855 Impasse Chausson dans le 10e arrondissement de Paris. II appartient à une famille bourgeoise fortunée, propriétaire des terrains de la rue qui porte aujourd’hui le nom de son grand-père, Pierre Chausson.
  •  Après des études de droit, Chausson s’inscrit en 1879 au Conservatoire de musique de Paris dans la classe de Jules Massenet comme auditeur libre. Il échoue au concours du Prix de Rome, quitte le conservatoire et complète, à titre privé, sa formation musicale avec César Franck.
  •  Cette période (1879 -1882) est marquée par la composition de 7 mélodies, op 2, sur des poèmes de Leconte de Lisle, Théophile Gautier, Paul Bourget  ...
  • Il voyage en Allemagne et assiste aux représentations du Vaisseau Fantôme et de la Tétralogie de Richard  Wagner. Chausson retourne plusieurs fois à Bayreuth. En 1882, il assiste avec son ami Vincent d’Indy à la création de Parsifal.
  • En 1886, Ernest Chausson est secrétaire de la SNM (Société Nationale de Musique) fondée par Camille Saint Saëns en 1870. Il occupe ce poste pendant dix ans. Chausson prend sous sa protection Claude Debussy, prix de Rome 1884. Il le reçoit dans son hôtel particulier parisien et dans sa maison de campagne à Luzancy et l’aide financièrement pendant plusieurs années.
  • Les compositeurs Henri Duparc, Gabriel Fauré, Pierre de Bréville, Claude Debussy fréquentent son salon 22 boulevard de Courcelles. Ils retrouvent aux « dîners de Chausson » Stéphane Mallarmé, Henri de Régnier, Yvan Tourgueniev, Isaac Albéniz, Eugène Ysaye, Claude Monet, Pierre Puvis de Chavannes, Maurice Denis, Odilon Redon etc.
  • Pendant cette période, Chausson compose le célèbre Poème de l’Amour et de la Mer pour voix et orchestre (1882-1893), La Légende de sainte Cécile (1891) et surtout son unique opéra Le Roi Arthus(1887- 1894) dont il écrit aussi le livret. (L‘opéra sera créé en 1903 au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles, quatre après la mort du compositeur).
  • Au cours d’une promenade à bicyclette dans la propriété du baron Laurent-Attalin à Limay, le compositeur fait une chute et succombe d’une fracture du crâne le 10 juin 1899 Il est âgé de quarante-quatre ans.
  • Des dernières années de sa vie, datent Serres chaudes (1893-1896), cinq mélodies pour voix et piano sur des poésies de Maurice Maeterlinck ; La Chanson perpétuelle (1898) sur un texte de Charles Cros ; Poème pour violon et orchestre, 0p.25 (1896).
  • Ses dernières œuvres évoluent vers un style plus épuré : Ballata, op. 29 (1896-1897), Quatuor pour piano et cordes en La majeur op. 30 (1897), Quelques Danses op. 26 (1896), Paysages pour piano op 38 (1895-1896). Il laisse inachevé le Quatuor à cordes op. 35 dont le troisième mouvement sera terminé par Vincent d’Indy.
  •  Le compositeur a laissé un corpus d’œuvres extrêmement diversifié et de grande qualité (70 opus, publiés ou non, en dix-sept ans d’activité) qui continuent d’être jouées et enregistrées.
  • © Didier Chagnas
Détails

CHAUSSON (ERNEST)  Il y a 1 produit.

Résultats 1 - 1 sur 1.
Résultats 1 - 1 sur 1.